samedi 30 avril 2016

Quand la génétique s'invite dans ta grossesse


Pour résumer les épisodes précédents, après une fausse couche qui rendait cette nouvelle grossesse un peu angoissante, une anomalie à savoir une clarté nucale épaisse a été détectée lors de l'échographie du premier trimestre.

L'angoisse est là, l'abattement aussi, je ne sais plus quoi penser, ni si je dois espérer ou pas. Je fais des recherches sur Internet, je trouve tout et n'importe quoi, j'essaie de prendre du recul, de garder mon calme mais j'ai peur. J'en parle un peu autour de moi, on compatit, on m'écoute, je fonds en larmes, j'apprends que la même chose est arrivé à plusieurs personnes de mon entourage plus ou moins proche, avec des dénouements heureux ... mais pas toujours. J'ai peur. Les heures me paraissent des siècles.



Nous voilà finalement en rendez-vous avec une généticienne à l'hôpital. Dans la salle d'attente, une petite fille trisomique et ses parents. Je ne peux m'empêcher de les regarder, avec un regard un peu différent toutefois : notre famille ressemblera-t-elle à cette famille ? Les pensées s'enchainent comme souvent ces derniers jours. La consultante en génétique arrive. Dans son bureau, elle nous rééxplique la situation à l'aide d'illustrations et de schémas, nous redit qu'il y a un risque élevé d'anomalie génétique ; qu'il est donc conseillé de faire un caryotype, c'est à dire une analyse des chromosomes de la crevette pour voir si tout va bien ; que pour cela il faut procéder à une biopsie du trophoblaste si nous voulons un résultat rapide ou à une amniocentèse si nous sommes prêts à attendre quelques semaines ; que ces examens augmentent le risque de fausse couche ; que même si les résultats du caryotype sont bons, cela n'exclut pas un risque de malformation cardiaque importante et donc une surveillance accrue de la grossesse, une grossesse qui peut donc s'arrêter à n'importe quel moment … Tant d'informations … On se croirait de retour sur les bancs du lycée en cours de bio … Elle est agréablement surprise par notre calme … Si elle savait la tempête qui s'agite en nous … Pourtant nous ne sommes pas surpris par ce qu'elle nous annonce. L'échographiste et la gynéco nous avaient déjà bien expliqué les choses et j'avais fait mes petites recherches sur le net, nous étions donc préparés … mais cette grossesse reste en suspens.

Nous décidons assez rapidement d'avoir recours à une biopsie du trophoblaste, même si cela double les risques de fausse couche par rapport à une amniocentèse. Nous ne voulons pas attendre, c'est trop difficile, nous préférons être fixés au plus vite, pour nous, pour la grenouille et pour ce bébé. Cet examen est similaire à l'amniocentèse si ce n'est qu'au lieu de prélever du liquide amniotique, on prélève quelques cellules de ce qui deviendra le placenta. Intervention en milieu stérile, aiguille dans le ventre ... Jamais je n'aurais imaginé une grossesse comme celle-ci. Rendez vous est donc pris quelques jours plus tard. Nous essayons de positiver : grâce à l'analyse génétique, nous saurons avec certitude s'il s'agit d'une fille ou d'un garçon. Il faut bien essayer de voir le bon côté des choses même si ...


* A suivre *

Aucun commentaire:

Publier un commentaire